Skip to Content

Anne Girard, dans l’air comme dans l’eau

Version imprimableversion PDF

Anna Girard

(Photo Emmanuel Ferton - Service Presse Coupe Icare)

La coupe Icare, qui aura lieu cette année 2007 du 20 au 23 septembre, Anne Girard ne la manque pour rien au monde. Cela fait 6 ans qu’elle y participe avec son club en se déguisant. Ses déguisements lui ont d’ailleurs valu d’être plusieurs fois récompensées. Dans ce festival, elle aime pourvoir partager et faire découvrir sa passion à des néophytes par le biais d’une approche ludique et amusante. « J’aime donner aux autres. » ajoute-t-elle.

Surf, planche à voile, le snowboard, ski… Anne Girard glisse comme elle respire depuis toujours. Après l’eau et la neige, elle découvre l’air à 24 ans.
Elle choisit St hilaire du Touvet pour son premier vol. Elle n’a pas été déçue du voyage : « J’attendais de voler depuis longtemps car étudiante, je n’avais pas les moyens financiers pour pratiquer ce sport. Mais dès que je suis arrivée sur Grenoble avec un travail, je n’ai pas attendu longtemps pour me lancer. Et j’ai trouvé cette expérience exceptionnelle. »

Dans le ciel, elle retrouve la sensation qu’elle adore : la glisse, mélangée à un élément nouveau : l’air. « Ce sont des sensations que je ne retrouve pas dans le surf par exemple. Le parapente offre des sensations magiques, hors du commun : et notamment celles de la glisse en 3 dimensions. Voir la terre d’en haut permet de découvrir la beauté des paysages de notre planète avec un point de vue unique ! ».

Chef de produit, elle travaille à temps plein chez Petzl. Elle n’a pas beaucoup de temps libre. Mais elle l’accorde presque entièrement au sport. Pour elle, voler rime avec plaisir. « J’ai fait beaucoup de compétitions étant jeune, mais dans un autre domaine, le volley-ball. Ce n’est plus ce que je recherche aujourd’hui. Je ne vole pas pour battre des records, mais pour me balader, être avec mes amis et profiter des paysages imprenables que le ciel m’offre.» C’est aussi pour pouvoir partager cette passion du vol qu’elle a passé sa qualification Biplace il y a 2 ans. Cela lui permet désormais d’emmener avec elle ses amis, et de leur faire découvrir les joies de l’air.

Son plus beau souvenir en vol solo reste son premier vol au-dessus du lac d’Annecy : « Ce vol m’a profondément marquée. Traverser le lac en volant était magique ». Bluffée par les grandes étendues désertiques, elle évoque aussi son vol au Maroc.

Voir du pays est l’autre grande passion d’Anne. Brésil, Australie, Espagne, Hawaï… Elle choisit ses destinations pour pratiquer le surf et la planche à voile avec son ami. Le parapente, elle le pratique beaucoup en France et plus particulièrement en Isère, en Haute-Savoie et dans les Alpes du Sud.
Cette jeune femme ne se considère pas du tout comme « un oiseau rare » dans le milieu plutôt masculin du parapente. Elle vole d’ailleurs souvent avec ses copines. Cela ne l’empêche pas de ressentir, parfois, le côté « un peu macho des hommes. Mais ce n’est en aucun cas une généralité » souligne t elle.
Les femmes ont une autre approche du vol « Nous nous posons beaucoup plus de questions avant de nous envoler, et même au cours d’un vol. Nous voulons anticiper au maximum et essayer de ne rater aucun des signes que l’aérologie nous adresse. Notre approche est plus posée. »

Le vol en parapente lui a aussi valu quelques frayeurs « En phase d’approche de l’atterrissage, je suis entrée en collision avec une personne qui ne m’avait pas vue. Elle s’est enroulée autour de moi et nous avons perdu totalement le contrôle. Heureusement, nous avons atterri dans un lac, près de la rive. Ça aurait pu très mal finir et j’ai eu très très peur… ». Il lui a fallu un an pour digérer cet incident. Aujourd’hui elle n’a pas oublié, elle est donc beaucoup plus attentive aux autres pendant le vol et encore plus prudente.

Cet incident ne lui a pas coupé son envie de voler. Au contraire. Cette future maman d’un petit garçon s’est envolée jusqu’à son 6ème mois de grossesse. L’accouchement étant prévu d’ici fin avril, elle espère revoler d’ici cet été.

Secrètement elle espère que son fils aura pris le virus de ses parents passionnés de sports, pour pouvoir aller voyager avec lui plus tard et lui faire découvrir, encore et toujours, de nouvelles sensations…

Juillet 2007