Skip to Content

Mécanique et facteurs de la prise de décision

Version imprimableversion PDF

MECANIQUE ET FACTEURS
DE LA PRISE DE DECISION

Voler JUSTE

Préparer trop tard son atterrissage comme manquer de vigilance sont des erreurs qui peuvent conduire un jour à l’accident.
Quelque soit votre niveau et votre engagement, volez JUSTE : évaluez votre prise de risque et confrontez-là à vos propres objectifs avec une obsession de vigilance et d'anticipation face à l’environnement, mais aussi à vous-même !
La confiance et la performance viendront alors naturellement de la meilleure compréhension qui en découle, riche d'une expérience densifiée et mûrie, avant, pendant et après le vol.

Assurer sa sécurité c’est ANTICIPER

Voler en sécurité, c’est être en mesure d'appréhender clairement à chaque instant :
  1. les conditions météorologiques et leur évolution,
  2. vos aptitudes, tant physiques que psychologiques, qui peuvent être insidieusement altérées
  3. vos objectifs,
  4. les caractéristiques de vos équipements.

Le moteur de cette analyse est l’anticipation, le carburant la vigilance.
La vigilance est un état d'esprit qui bannit toute certitude.
Car l'incertitude est irréductible étant donnée la nature même du milieu exploité : l’air.
Elle pimente le vol d'un pilote actif et rigoureux, tempère les convictions, nuance les doutes, doutes dilués par la qualité des schémas construits et éprouvés par l’expérience.

Gérer sa vigilance pour DURER

Mais la vigilance est un état stressant et donc difficile à soutenir.
Plus un vol vous paraît long, plus il est donc nécessaire de vous accorder des instants de relâchement volontaires, aux moments opportuns, et en profiter pour vous hydrater et vous alimenter.
Plus que le nombre d'heures passées en vol ou la technique de pilotage, les capacités d'un pilote à maintenir en vol un niveau initial d’analyse et d'aptitude à prendre des décisions sont bien les meilleurs indicateurs de sa maturité.

PREPARER ses vols à la lumière de l’expérience

Toute seconde gagnée durant l'analyse de la situation à laquelle vous êtes confronté est bonne à prendre!
Abandonnez donc le "coup par coup", générateur de "chaleurs", au profit du vol articulé et construit, dans l'optique de l'accomplissement d'un programme, programme présentant un objectif nominal et des solutions de repli, en cas de divergence de la situation avec vos prévisions.
Quelle plus belle motivation pour les clubs et les associations que ces "briefings" et de-"briefing" où l'on rêve, construit, ambitionne et mûrit, en particulier lorsque la météo cloue tout le monde au sol?

Décider c’est aussi SAVOIR RENONCER

Voler en sécurité c’est être actif dans la recherche des éléments qui motivent nos décisions, gérer ses priorités mais aussi savoir renoncer.
Et si d'autres ailes sont encore en l'air alors que vous êtes au sol, songez que la distance vous empêche d'entendre leurs pilotes appeler leur mère!
Gardez enfin toujours à l'esprit que le vol n'est terminé que lorsque la voile est repliée dans son sac. Les derniers mètres vous rapprochant de votre atterrissage devront donc être gagnés avec la même application. Ce sont toujours les plus difficiles, la fatigue sapant lucidité et réflexes, la proximité du sol sanctionnant toutes les erreurs.


Bibliographie :
« Les Pyrénées en planeur » par Alain BLANCHARD (Contes d’Auteurs)
« La prise de décision » par Michel Bouvet (AVIASPORT, février 81)