Skip to Content

Vol et glisse au féminin

Version imprimableversion PDF

Fabienne d'Ortoli en Kite Speed

(Photo : www.dimensionkite.com)

Le vol libre est un sport qui demande énormément de temps, qui prend la tête et le cœur, une activité dévorante qui se développe parfois au détriment du reste. Et le reste, elles y tiennent : leur vie de famille, leur vie de femme, leur vie professionnelle… Pourtant les femmes sont bien présentes dans le vol libre. Elles représentent au fil des ans entre 15 et 20 % des licenciés. Celles qui s’investissent dans les clubs, dans les comités départementaux et les ligues sont proportionnellement bien plus nombreuses. Elles sont élues au comité directeur de la FFVL et prennent en charge dossiers et commissions. Elles font du vol libre leur métier : monitrice, directrice d’école, cadres techniques… Elles font de la compétition au plus haut niveau, et la France est heureuse puisqu’elles ont rapporté à notre pays une bonne douzaine de titres majeurs européens et mondiaux, une bonne trentaine de podiums.

Dans un milieu quand même majoritairement masculin, elles ont parfois la sensation de n’être pas à leur place. Sont-elles moins bonnes pour autant ? Elles sont tout simplement différentes, et parfois égales ou meilleures que les hommes, n’est-ce pas Laurence Claret-Tournier, championne de France parapente toutes catégories en 1989 ?

La FFVL est heureuse de les savoir si bien intégrées dans notre sport. Elle a toujours cherché à favoriser et développer la pratique des femmes. À une époque, la direction technique nationale ne comptait-elle pas plus d’un tiers d’éléments féminins ? À l’heure de la parité, la FFVL n’a pas a rougir de son bilan. Elle poursuivra avec détermination sa politique de développement de notre sport et facilitera son accès à tous les niveaux, à tous… et à toutes !